Dubai : behind the mall

IMG_3378Après une escapade Montréalaise pour terminer mes études, un bref retour à Paris, puis deux années inoubliables à Beyrouth, me voici encore parachutée en terre inconnue. Dubaï, une ville considérée par beaucoup comme un paradis artificiel symbole d’argent et de luxure, et par d’autres comme un vulgaire oasis de chameaux et de bédouins. En réalité, si elle se trouve bel et bien au milieu du désert, la cité n’a rien d’un caravansérail et représente bien plus qu’une machine à produire des pétrodollars (ou plutôt dirhams). Entre folie des grandeurs et extravagance, elle révèle aussi une richesse culturelle insoupçonnée à travers la diversité de ses habitants, composés à 80% d’étrangers. En effet, véritable eldorado pour beaucoup de travailleurs venus des quatre coins de la planète en quête d’un « meilleur » niveau de vie, Dubaï est devenue une sorte de carrefour mondial où se croisent des centaines de nationalités. Le supermarché a des airs de New Dehli, sur la plage on croise autant d’hommes en kandura que de femmes en sari ou en bikini, les restaurants proposent des cuisines de Manille à Karachi, et il y a beaucoup de chances pour que votre conducteur de taxi soit pakistanais, éthiopien ou égyptien. Les rues de la ville, faute d’histoire, ont donc naturellement décider de porter des noms de ville étrangères comme Bagdad ou Amman street. Des contrastes culturels mais aussi sociaux qui frappent parfois de manière violente, lorsque les travailleurs pauvres rattrapent leur manque de sommeil sur l’asphalte du bord de mer sous les regards indifférents des conducteurs de Lamborghini. Heureusement, ce melting pot entraîne aussi avec lui un lot de situations cocasses, comme se voire demander par une caissière thaïlandaise au supermarché le mode d’emploi du tampon (incroyable mais vrai), ou encore des conseils en séduction par un émirati sur le chemin du mall. Le mall, parlons-en un peu. Il est ce que les terrasses de café sont Paris: une  tradition. Mais attention, si vous avez l’intention de vous y rendre un jour, mieux vaut préparer vos chaussures de randonnée. Car les centres commerciaux dans les Emirats Arabes Unis n’ont rien des galeries marchandes qu’on trouve en Europe, il s’agit de véritables villes déployant des kilomètres de boutiques. Je me suis même demandée si certaines fashionistas n’y avaient pas perdu la vie, mortes d’épuisement tant leur superficie est immense. Il constitue également un espace publique où on se rencontre pour manger, dépenser tout l’argent qu’on a… ou pas, mais aussi faire du ski ou encore de la plongée au milieu des raies et des requins (Dubai Mall possède un aquarium géant, et Mall of the Emirates une fausse piste de ski). Car Dubai ne se refuse aucune excentricité et pour cela n’a pas peur du ridicule. Une folie des grandeurs pour le futile; Dubai se vante d’avoir la plus grande tour au monde (Burj Khalifa) ainsi que la plus grande fontaine dansante de la planète (quand certains n’ont pas d’eau potable..) , qui peut aussi servir des causes insolites comme cet hôpital à Abu Dhabi entièrement consacré aux faucons (la fauconnerie fait partie de l’héritage culturel des émiratis) . Quand on cherche bien, on déniche également de nombreux centres culturels (Sharjah art Foundation, Alserkal) , galeries et cinémas d’auteur permettant aux férus d’art de découvrir des artistes du Golfe et du Moyen-Orient . Finalement, entre tours de verre, sable fin et night clubs de luxe, à chacun son bonheur derrière les murs de cet empire de la consommation où tout le monde est un peu lost in translation.

Non classé Vagabondages

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :