24h à Singapour: au croisement des cultures

 

Paradis de la street food ,Singapour propose de nombreuses échoppes intérieures et extérieures (les « food courts  » aussi appelées ou « hawker center ») où l’on trouve une cuisine internationale bon marché . Crabe fris au poivre noir ou sauté à la sauce chilli, rojak, brochettes de boeuf, porc , tofu ou crevettes (plus connues sous le nom de satay), la ville est un véritable festival pour les papilles. A noter toutefois, la nourriture singapourienne est relativement épicée et additionnée à l’humidité ambiante,  il est donc fort possible que  la dégustation de ce succulent repas vous donne des sueurs chaudes. Pas très sexy mais ça fait partie du charme local.

Pour faire son marché, cap sur les quartiers de Chinatown et de Little India où vous pourrez trouver les célèbres dim sum hong-Kongais ( mets de petite taille cuits à la vapeur ou fris et généralement présentés dans des boîtes de bois circulaires), un byriani végétarien ou à la viande, ou encore du mutarbak (une galette au fromage ou à la viande). Sinon, le marché Buggie offre aussi des bons jus de fruit frais goût fruit du dragon a 1 dollars seulement, des buns (petits pains sucrés)farcis à tout et n’importe quoi  ou encore des gâteaux au pandan ( sorte de génoise de couleur verte en raison de la chlorophylle issue des feuilles de pandan, une plante qui pousse principalement en Asie du Sud Est).

Buggie Market, Buggie Street

Sinon, la rue Seah propose aussi une charmante cuisine internationale (thai, chinoise et japonaise) en plus d’être située dans une rue à architecture coloniale juste à côté du très chic hôtel Riffles, du nom du colonel britannique qui a fondé la ville.

Prier

Avec son brassage de culture et religions, tous les sanctuaires sont représentés à Singapour. Des temples hindouistes, aux églises, en passant par les mosquées et temples bouddhistes de la communauté chinoise, ces joyaux d’architecture vivent paisiblement les uns à côté des autres. Dans le quartier de Chinatown par exemple, les boeufs et déesses colorés du Sri Manamman côtoient la pagode de la dent de Buddha. Tous deux situés sur l’artère principale , ils accueillent chaque jour locaux et touristes curieux. Même si l’on est peu croyant, la visite de ces temples vaut le détour afin d’admirer les rituels que chacun voue à sa déité. Le temple de la relique de la dent est une manifestation assez spectaculaire de l’importance que les chinois accordent à leurs ancêtres et au Buddha dont la petite canine (ou molaire) est religieusement préservée dans un stupa de 420 kgs d’or massif sous une vitre pare-balle.

 Culture et histoire

Little India: Relativement petite, cette région est néanmoins un vrai condensé de couleurs et de senteurs avec ses stands de fleurs infinis et ses bijoux multicolores. Au beau milieu de ce carnaval populaire, L’Indian Heritage Center offre une exploration à travers la diaspora indienne majoritairement issu du de l’ouest du Bengale . Des pièces d’art mais aussi de nombreux costumes permettent de reconstituer un cet héritage unique

> Indian Heritage Center, http://indianheritage.org.sg/en

Galerie Nationale de Singapour: Personnellement je n’y suis restée qu’une heure par manque de temps, mais j’ai pu mieux comprendre les transformations sociales et politiques de la ville à travers des oeuvres de peintres modernes, racontées par une très bonne guide chinoise. comme Georgette Chen qui en disent long sur les transformations de la ville. L’architecture est exceptionnelle avec un immense bâtiment de verre totalement ouvert sur le ciel et la lumière.

Galerie Nationale de Singapour, https://www.nationalgallery.sg/

Musée Peranakan est sans aucun doute le  coup de coeur  de cette visite. Situé dans une petite masure de type coloniale, il constitue une véritable fenêtre ouverte sur la culture malaise.  Le visiteur pénètre ainsi la culture peranakan à travers l’intimité d’une famille d’immigrés chinois dont il parcoure les différentes étapes de vie; de la cérémonie du thé du mariage, au culte des ancêtres,  en passant par l’artisanat et habillement traditionnels comme la kabaya brodée.

Musée Peranakan, http://peranakanmuseum.org.sg/

Musée national et Fort Canning: Pour les férus d’histoire, une escapade au parc de Fort Canning et Musée National est immanquable. Fort Canning constitue en effet la plus haute et ancienne colline de la ville, ce qui en fait un site très riche et intimement lié aux évolutions de la ville.Il comprend aussi la battlebox, un bunker datant de l’invasion japonaise  récemment restauré et ouvert au public. Le musée adjacent au parc permet de retracer l’histoire de l’archipel d’hier à aujourd’hui: de la découverte la présence indonésienne à la découverte de l’archipel par les européens, en passant par la domination britannique, l’invasion des japonais pendant la seconde guerre mondiale, l’indépendance, la séparation avec la Malaisie et enfin le plan d’urbanisation qui en a fait la cité ultramoderne et verte qu’elle est désormais.

Battlebox, http://www.battlbox.com/

– Chinatown: En plus de ses rues grouillant de fruits suspicieux, herbes médicinales et gadget inutiles (j’ai quand même réussi à acheter un masque de nuit panda et un taille crayon figurine en forme de singe), le quartier chinois représente aussi une boîte au trésor culturelle. Si sa plus belle incarnation est sûrement le Chinese Heritage Center qui invite à au voyage à travers sa communauté, une chose plus rare est l’ouverture des maisons de clans « kongsi » singapouriennes généralement fermées au public. Fondées par des immigrés chinois  venus de différentes provinces pour travailler dans les plantations au siècle dernier, elles étaient destinées à se rassembler préserver les coutumes et la langue chinoise malgré l’éloignement géographique. Aujourd’hui, elles sont le dernier flambeau de traditions ancestrales chinoises comme certains arts martiaux ou la danse du lion et du dragon qui sont joués pendant le nouvel an lunaire lors de festivals aux costumes impressionnants.

little india
Little India
chinatown
Chinatown, temple de la relique de la dent de Buddha

 

National gallery
National Galerie de Singapour

 

 

 

 

 

 

 

Non classé Vagabondages

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :