24h à Bangkok: une histoire de temples

Bangkok, c’est le paradis du Pad Thai, du Mango sticky rice, des marchés à n’en plus finir et des massages bon marché. Mais c’est aussi une des villes les plus peuplées abritant  la spiritualité bouddhiste Theravada, ce qui explique peut-être  le sourire et la gentillesse de ses habitants. Malgré un climat très humide qui fera ressortir tous vos frisottis refoulés, Bangkok est une ville dont on peut difficilement se lasser. Vivante, grouillante et calme à la fois, elle est aussi profonde que déjantée. Que l’on soit moine ascétique ou à la recherche de la folie nocturne, toutes ces facettes sont disponibles à la fois. Voici un petit condensé de mes adresses si vous avez deux jours à perdre dans la capitale, entre shopping, culture et relaxation.

Promenade  le long de la rivière Chao Phraya sur les traces des temples Bouddhistes:.

wat arun Pour cela, il vous suffit de prendre un bateau à la station  et de vous arrêter  à toutes les stations. Vous pouvez y découvrir le Palais Royal qui était l’ancienne résidence du roi au 18ème siècle et dont les 21 hectares abritent aussi le bouddha d’Emeraude (Wat Phra Kaeo) qui est un Bouddha géant en or. C’est un des lieux les plus touristiques de la ville, mais sa splendeur vaut le détour. Sinon, plus pittoresque, le Wat Arun (temple de l’aube) est impressionnant avec ses  statues de soldats et d’animaux chinois à l’entrée et ses kinaries sur le toit (femmes aîlées aux mains jointes) . Mon préféré , « Benchama Bophit » aussi appelé le temple de marbre  est un peu  plus excentré mais juste magnifique et un grand bouddha réside aussi à l’intérieur.

Dépenser  tous ses bahts au marché:

Impossible de quitter Bangkok sans avoir mis les pieds dans l’un de ses nombreux  marchés. Qu’ils soient couverts dans des grands complexes commerciaux comme MBK ou Platinium ou en plein air,  dédiés aux vêtements ou produits frais (« wet market »), les marchés font légion dans la ville de toutes les débauches. Un des plus célèbres ouvert seulement le week-end est celui de Chatuchak. Une fois arrivé à destination sortie de métro , des centaines de ruelles foisonnant de monde mènent aux étalages infinis de produits d’artisanat locaux (cosmétiques ou accessoires made in Thailand) mais aussi de nourriture. C’est l’endroit idéal pour s’initier aux spécialités du pays, à savoir ses fruits savoureux (mangosteen, fruit du dragon, mangue) et plats typiques ( glace à la noix de coco agrémenté de noix de cajou et rick gluant, Pad thai, Pad sew). Et quand il pleut pendant les périodes de Mousson, vous pouvez sauter de stand en stand sans sortir car ils sont tous interconnectés.

> Chatuchak : http://chatuchak.org/

Se faire masser:

La Thaïlande s’est aussi fait connaître pour ses ping pong shows et et massages traditionnels, mais comme je ne préfère pas m’attarder sur la glauque et première option, je vous parlerai seulement de la deuxième et dans sa définition classique. Donc oublions les  « happy ending » pour un moment. Les ruelles de Bangkok débordent de centres de massage plus ou moins professionnels aux prix avantageux . Massage de pied, dos, ou complet, il y en a pour tous les besoins. Si je ne suis personnellement pas fan du massage traditionnel thaïlandais qui consiste à appuyer sur certaines parties du corps pour en libérer les lignes d’énergie en stimulant la circulation sanguine, je ne peux pas m’empêcher de me sentir un peu « charcutée » à la fin de la séance, il est aussi possible d’opter pour un simple massage aux huiles essentielles.

Bodywork: http://www.silombodyworks.com/

Un peu de culture…

jim thompson 2

Au delà des temples, Bangkok comporte aussi de nombreux sites culturels. Parmi eux, le BACC centre culturel de Bangkok,  le Moca Musée d’Art Contemporain de Bangkok , la Maison de Jim Thompson et quelques autres galeries. En ce qui me concerne, j’étais intriguée par la Maison de Jim Thompson, une habitation construite par un ancien architecte américain ayant rejoint l’armée américaine et les services de renseignement militaires (OSS) avant la seconde guerre mondiale. Installé en Thaïlande après la fin de lcelle-ci, il y resta 25 ans et contribua grandement au développement international du tissage de la soie thaïe, mais laissa surtout une magnifique résidence. Composée de six bâtiments en teck et entourée par un mini jardin tropical,  cette demeure donne le sentiment d’être hors-du-temps et de l’espace, comme isolée des tourments de la vie citadine. Elle reprend des éléments typiques de l’architecture Thai comme la sonctruction sur pilotis (pour se prémunir des inondations) ou le toit élevé vers le ciel (comme dans les temples ). Le plus remarquable de cette maison est la précieuse collection d’objets d’art de son propriétaire , un ensemble d’éléments décoratifs asiatiques incluant des sculptures de lion d’inspiration khmer (réputés être gardiens de la maison) , un bouddha en teck ou encore porcelaines de chine. La visite se fait en une une demie heure et on en ressort avec un doux sentiment de plénitude et nostalgie. A ne pas manquer, en plus des adorables guides sont disponibles en français, anglais et même japonais.

Maison de Jim Thompson: http://www.jimthompsonhouse.com/museum/index.Asp

 

 

 

 

 

 

Non classé

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :