24h À Dar Es Salaam: le musée national

img_993724h à Dar Es Salaam, capitale de la Tanzanie, située au sud Est de l’Afrique, une mission pas vraiment accomplie d’avance. Comment trouver le temps de se reposer, manger, faire du sport, sans repartir avec l’impression frustrée de n’avoir rien vu ni appris du pays ? Pour de si courtes escapades qui ne permettent pas vraiment une exploration en profondeur, j’aime bien me rendre dans les musées nationaux qui  sont des sanctuaires vivants de l’histoire et la culture d’une nation. Et rien ne pouvait tomber mieux puisque le musée national de Dar Es Salaam se trouve être situé à deux pas de l’hôtel où je résidais.

Après quelques salutations du du soleil, me voici donc partie pour une matinée culturelle. Très petit, le musée national de Tanzanie et maison de la Culture  se compose de deux unités: un édifice principal consacré à l’histoire et à l’héritage culturel de la Tanzanie, ainsi qu’une extension dédiée aux expositions plus contemporaines.

Quand on arrive dans le premier bâtiment, on monte un escalier qui nous amène dans une salle remplie d’objets anecdotiques comprenant de vieilles cartes des mers et anciens ports de commerce, des photos des premiers chercheurs et explorateurs européens à avoir escaladé le Kilimanjaro, des objets relatifs à la civilisation Shirazi de Kilwa, des documents sur le marché des esclaves à Zanzibar, mais aussi des photos sur la période coloniale allemande et britannique, jusqu’à l’indépendance. Une seconde salle expose des artistes contemporains, et la dernière chambre est un laboratoire archéologique dédié à la présentation de fossiles d’animaux préhistoriques.

img_9952
img_9967
Ancien port de Kilwa (Tanzanie)

Dans le jardin entre les deux ailes du musée, se trouve une exposition de vieilles Austin et Mercedes ayant appartenues au premier gouverneur britannique ainsi qu’au premier président de la Tanzanie indépendante, Julius Nyerere. Plus loin, un accrochage de sculptures réalisées par le célèbre artiste makonde local George Lilanga, reconnu internationalement pour ses peintures et sculptures de « Shitani » multicolores, figurines humaines ou animales tordues appartement à la croyance populaire en Afrique de l’Est.

img_9920
Ecoliers tanzaniens apprenant sur leur héritage à l’ombre du figuier
img_9951
Collection de Austin et Mercedes
img_9947-1
Exposition de George Lilanga

Bien que la structure narrative du musée pourrait être mieux travaillée, j’ai appris beaucoup de choses sur une culture très riche et complexe. Comme beaucoup de pays d’Afrique, la Tanzanie comprenait un port situé sur la route de la soie « Kilwa », ce qui explique son héritage actuel varié. Des marchants arabes, perses et indiens passèrent par là pour s’approvisionner en or, en bois et en ivoire. Après des années de domination portugaise, les sultans Omanais prirent le relais en révoltant les africains contre l’occupant,  enfin les allemands et britanniques s’implantèrent avant l’indépendance le 9 décembre 1971. Le résultat aujourd’hui, une population tanzanienne swahilie mixée inspirée de culture arabo-musulmane et africaine.

A faire aussi si le temps vous le permet  Une petite ballade au marché au poisson de Kivukoni qui vous permettra un premier contact avec la chaleureuse population locale.

 

 

Non classé

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :