24H à Dakar: La magie du lac rose

img_1162Pour mes 29 ans, le hasard (du travail) m’a envoyée au Sénégal. Un peu original pour passer son anniversaire, surtout lorsque celui-ci tombe le soir du réveillon. Si passer les fêtes en Afrique n’est pas la meilleure des immersions dans la féérie de Noel, elle m’a néanmoins permis de découvrir la magie du lac rose . Ce lac inscrit sur le la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO tiendrait sa pigmentation si particulière du magnésium contenu dans son eau et de la présence d’une bactérie. Aussi appelé Lac Retba, il est célèbre pour avoir été pendant des années la ligne d’arrivée du rallye Paris-Dakar. Ce qu’on sait un peu moins, c »est que ce lac est aussi le point dé départ d’une initiative de développement communautaire unique en Afrique.

Les extracteurs de sel du Lac Retba

En plus de sa couleur rose si particulière, le lac possède une densité de sel plus forte que celle de la mer morte (380 grammes/litre vs 340g/l). Une particularité mais aussi opportunité économique unique, que les locaux ont commencé à exploiter depuis les années 70. Les difficultés financières sévissant sur le pays sans réponse satisfaisante des autorités publiques, des sénégalais se sont donc organisés de manière autonome afin d’extraire le sel et en tirer des bénéfices pour augmenter leurs revenus. Aujourd’hui, cette communauté s’élève à 5000 personnes; une population mixte bien souvent issue de milieux ruraux du Sénégal mais aussi de Guinée et du Mali. Mais si l’extraction de sel du lac rose s’avère rentable pour ceux qui s’y intéressent, elle reste une expérience de court terme et n’est pas sans risques. Le sel de la mer morte cause de terrible problèmes de sècheresse à long terme.

img_1122 img_1291

Une organisation autonome

Cette organisation autonome est nettement compartimentée entre hommes et femmes. La position d’extracteur est réservé aux hommes, et les femmes, quant à elles, sont chargées de décharger les lourds paniers de sel du bateau. Les jeunes filles ne sont pas en reste,  et vendent des bijoux et autres produits d’artisanat sur le rivage aux touristes de passage. D’autres hommes appelés « Kola-Kola » mettent en sac le sel devenu blanc ou gris après iodation.

En 1994, un comité de management a même été créé afin d’organiser l’exploitation et la commercialisation du sel. Son rôle est d’améliorer et de réguler l’activité par l’intermédiaire d’actions collectives. Chaque membre élu provient des villages environnants et représente ses propres intérêts, quelques associations locales participent également. Ils se réunissent chaque trois mois afin de prendre des décisions importantes.

img_1454 img_1286

Non classé Vagabondages

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :